Conférence Débat : L’ECONOMIE TUNISIENNE : Constat, perspective et souveraineté

Image

L’association Uni*T a le plaisir de vous annoncer la reprise de ses cycles de conférences-débats et de cafés-débat. Nous allons inaugurer ce début de cycle avec une conférence sur un sujet tant attendu : l’économie.

Organisée en partenariat avec la maison de Tunisie la conférence L’ECONOMIE TUNISIENNE : A LA CROISEE DES CHEMINS – diagnostic, perspective et souveraineté aura lieu le Dimanche 27 octobre 2013 de 14h à 17h à la maison de Tunisie.

Autour de :

Dr. ACHRAF AYADI – Expert Bancaire et Financier

MOHAMED BALGHOUTHI – Expert consultant en stratégie et en intelligence économique.

Comme à notre habitude nous réserverons une large partie de la rencontre au débat avec la salle.

Advertisements

Selon un haut responsable algérien : l’Algérie prête à aider la Tunisie

L’Algérie, La “Mecque des Révolutionnaires” 2:52AM 19 Octobre 2013

tunisia-corruptionL’Algérie est prête à aider la Tunisie en proie à la crise économique et au terrorisme islamiste, affirme au quotidien électronique algérien Tout sur l’Algérie (TSA) un haut responsable au gouvernement algérien. « Nous sommes prêts à aider la Tunisie, à lui accorder tout ce qu’elle veut comme aides », ajoute le même haut responsable sous couvert de l’anonymat.
Entourée de voisins instables au sud et hostiles à l’ouest, l’Algérie veut éviter que son voisin de l’est sombre dans la violence terroriste. Et pour aider l’économie tunisienne à se relever, l’Algérie est également prête à l’établissement d’un marché commun avec la Tunisie.
Le président Bouteflika avait déjà octroyé une aide de 100 millions de dollars à la Tunisie et a donné son accord pour ce projet, selon le même responsable. « Nous sommes prêts à ouvrir nos frontières aux produits tunisiens pour soutenir l’économie de ce pays. Nous sommes prêts, par exemple, à fournir à la Tunisie les quantités de carburants qu’elle veut dans le cadre d’un accord entre les États », explique le même haut responsable.
Le tourisme, qui assure l’essentiel des recettes en devises de la Tunisie, souffre de l’instabilité politique et de l’apparition du terrorisme dans ce pays. « L’Algérie, en tant que puissance régionale, ne peut pas laisser la Tunisie sombrer dans le terrorisme avec des conséquences importantes sur notre stabilité », estime le même haut responsable.
L’Algérie ne compte toutefois pas geler l’opération de lutte contre les trafiquants de carburants qui exportent illégalement ce produit vers les pays voisins.

UN rights chief applauds new Tunisia anti-torture body

Saturday, October 12, 2013


UN rights chief applauds new Tunisia anti-torture body
Matthew Pomy at 2:36 PM ET

[JURIST] Spokesperson for the UN High Commissioner for Human Rights [official website], Rupert Colville, applauded [statement] Tunisia’s newly formed torture prevention body on Friday. The law establishing the organization was passed unanimously on Wednesday, and the Committee should be up and running once the law is published. Tunisia adopted the measure as part of its new obligations since signing the Optional Protocol to the Convention against Torture and other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment [text]. The National Body to Prevent Torture will be given broad, independent authority to carry out inquiries in detention centers to ensure all obligations are met. Colville said of the new body, “The adoption of this law is an important milestone during the ongoing transition in Tunisia, and in particular in the effort to bring the country in line with international rule of law and human rights norms and standards.” Tunisia is the first Middle Eastern or North African country to adopt such a measure.

Tunisia has faced political turmoil since president Zine Al Abidine Ben Ali [BBC profile; JURIST news archive] left office amid nationwide protests in 2011. In July UN High Commissioner for Human Rights Navi Pillay [official profile] on Thursday condemned [JURIST report] the assassination of Tunisian opposition leader. In May Human Rights Watch (HRW) [advocacy website] urged Tunisia to modify its draft constitution [JURIST report] to ensure protection of human rights. Two months earlier HRW urged Tunisia to repeal its criminal defamation law [JURIST report], which is typically considered a civil offense throughout the world. That same month Tunisian lawmakers voted to approve [JURIST report] a timetable for its draft constitution and national elections. Last October, HRW called on Tunisian authorities to investigate a series of attacks [JURIST report] by religious extremists and to bring those responsible to justice.

JURIST http://jurist.org/paperchase/2013/10/un-rights-chief-applauds-new-tunisia-anti-torture-body.php